Trajet interminable

Êtes-vous déjà embarqué dans un véhicule sans savoir à quel moment vous pourriez en sortir et encore moins dans quel état? Si vous ne voulez pas connaître l’expérience, je vous déconseille fortement les transports en Asie du sud-est…

Il y a plus de trois ans, mon conjoint et moi avons effectués un voyage de trois mois en Asie. Nous avons eu la chance de visiter plusieurs pays et de découvrir les merveilles de ce continent exotique. Ce fût paradisiaque à l’exception d’un détail près : les déplacements qui sont d’une lenteur aberrante. Le problème n’est pas la distance parcourue mais bien l’inefficacité du système. Pendant ces trois mois de voyage, nous avons perdu 315 heures uniquement pour se déplacer.

Je vais toujours me rappeler de notre trajet d’autobus de Phonsavan au Laos à Vinh au Vietnam. Il s’agit certainement du déplacement le plus pénible et en même temps le plus loufoque auquel j’ai pris part dans ma vie. Cette autobus de l’enfer devait nous amener du point A au point B en moins de douze heures, je n’aurais jamais cru que cette estimation de temps pourrait être aussi erronée.

Le matin du départ, nous sommes embarqués les premiers dans l’autobus. Après quelques minutes à attendre que quelque chose se passe, nous avons eu droit à l’entrée massive d’une soixantaine de laosiens avec leurs immenses valises, leurs sacs de riz, leurs poules vivantes dans des cages en pailles,  leurs branches pour faire leur feu et j’en passe. Je me suis vite dit que tout ce beau monde ne pourrait jamais rentrer dans l’autobus mais c’est à cet instant que j’ai réalisé que  je ne pouvais pas être plus dans le tort. Les laosiens, ils pensent « outside the box ». Lorsque tous les bancs ont été occupés, ils ont installés des boîtes et des valises au centre de l’allée et se sont assis entre les bancs, sur ces grosses valises, certains avec des bébés dans leurs bras, d’autres avec leurs poulets, en attendant que l’autobus partent. Nous étions donc maintenant huit par rangée au lieu du nombre réglementaire, c’est-à-dire quatre!

Chargé l’autobus a semblé prendre une éternité. Il y avait des bagages partout en dessous, au dessus et dans l’autobus. Le semblant de support à bagage sur le toit avait l’air relativement solide; j’ai tout de même remercié le bon dieu que nos bagages soient dans la soute sous l’autobus. J’avais l’impression d’être dans un film.

Après plusieurs tentatives de démarrage, l’autobus a finalement fait ses premiers ronronnements. À cet instant, j’ai osé espérer que l’air climatisé fonctionnerait, question de calmer mon imminente saute d’humeur. Surprenamment, ou logiquement, l’air climatisé ne se rendait pas jusqu’à nous et ce malgré que nous avions payé un prix plus élevé pour prendre cet autobus qui était sensé avoir cette option. En fait, ils n’avaient pas tort, l’autobus avait de l’air climatisé, Le problème c’est qu’elle n’était disponible que pour les premiers bancs à l’avant. Nous étions la 14e rangée, nous devrions donc survivre sans air climatisé dans un pays où il fait en moyenne 40 degrés Celsius le jour avec 100% d’humidité.

Après seulement une heure de route, l’autobus s’arrêta pour faire une pause pipi. Sortir tout le monde de l’autobus a pris environ une trentaine de minutes car il fallait que les soixante passagers de l’autobus enfourchent les valises et les bancs afin de se frayer un chemin jusqu’à la sortie. Après quinze minutes d’arrêt, le chauffeur nous a fait signe que nous pouvions retourner dans l’autobus : une autre demi-heure pour faire rentrer tout le monde. Nous nous sommes arrêtés une dizaine de fois sur la route, sans compter l’arrêt aux douanes vietnamiennes qui avaient l’air de trouver notre autobus suspecte avec ses poulets et ses cochons en vie cachés dans la soute à bagages. C’est donc après 24 heures d’autobus à une chaleur suffocante, sans air climatisé, dans un autobus qui sentait le poulailler et serrés comme des sardines que nous sommes finalement arrivés à Vinh au Vietnam. Je vous laisse imaginer combien de temps ça nous a pris nous rendre jusqu’à Hanoi!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s