Bonne rentrée

J’ai toujours aimé ce sentiment de fébrilité associé à la rentrée scolaire, à l’automne. Ce moment de l’année où on a le sentiment de tourner une page, de commencer un nouveau chapitre. Quand j’étais plus jeune, c’était le seul élément pour moi qui me permettait de prendre conscience du temps qui file. Encore aujourd’hui, j’associe chacune de mes années d’école à des souvenirs différents, à des repères dans le temps.  

Je me souviens de ma première rentrée scolaire à la maternelle, dans la classe de madame Cécile. Je me souviens de toutes mes années du primaire, de ma première année dans la classe de madame Lise aux cheveux longs jusqu’à la sixième année dans la classe de madame Claire qui aimait un peu trop les oiseaux. Je me souviens de mes petites amies, Maude, Camille, Stéphanie, Maryse et j’en passe. 

Je me souviens de l’entrée au secondaire, à l’Aubier, impossible à oublier. Les amis de la concentration musique études aux amis du régulier. Tellement de rire, de folies, d’aventures. Le premier amour, la première peine d’amour et toutes les autres qui ont suivies. Ensuite l’ESLE, la grande école, secondaires 4 et 5. Les nouveaux amis, les nouvelles aventures et beaucoup de premières fois.  

Puis je me souviens du Cégep. Deux années dans une concentration trop intense pour moi et ma mononucléose. Au travers de ces petits génies, je ne cadre pas. Terminée de peine et misère ce programme, encore un cœur brisé. Enfin l’Université, le baccalauréat, les nouveaux amis, un voyage en Europe pendant l’été, un nouvel amoureux. Une autre année d’université, puis un autre diplôme. 

Déménagement à Montréal. Maîtrise à l’École Polytechnique. Même amoureux, nouveaux amis, nouvelle vie. Deux années dans la métropole. Voyage en Asie. Diplôme. Retour à Québec.  

Marché du travail. Le décompte s’arrête là.  

Ma vie rentrait dans les cases de l’école. Lorsque j’ai terminé mes études, je n’ai pas vraiment réalisé sur le coup que je perdais mes repères temporels.  

Treize ans ont passé. Beaucoup d’eau a coulé. Une tonne de voyages, des milliers d’aventures, des amis, des déménagements, des emplois, même des décès, mais surtout des naissances.  

Les naissances de mes filles et le décès d’êtres chers sont les seuls éléments qui ont arrêté le temps des dernières années. 

What’s next? 

Je me suis réinscrite à l’Université… 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s