Une année à la maison

IMG_2931

Une année.

En temps normal, depuis que je suis toute petite, les années vont et viennent, sans trop que j’en fasse de cas. Elles se ressemblentIMG_2971 toujours un peu d’une année à l’autre, se différenciant à l’occasion par les niveaux scolaires accomplis ou par le temps passé derrière un bureau à travailler. Par contre, le jour où j’ai eu mon premier enfant, il était inévitable que je m’arrête et prenne le temps de réaliser tout le chemin que nous avions parcouru mon bébé et moi, en cette première année de vie commune. Parce qu’on ne se le cachera pas, la première année de maternité, ça peut être rock and roll même si c’est merveilleux. Il y a des ajustements, mais il y a aussi des surprises.

Ma fille a donc eu un an le 28 juillet dernier et je pense avec nostalgie et fierté à tout ce que nous avons vécu ensemble. Je confirme que le temps passe trop vite. Je confirme aussi que je suis privilégiée. En douze mois, je me suis découverte une nouvelle moi. Je me suis découvert une nouvelle dose de patience, de persévérance, mais j’ai également compris que parfois il fallait accepter qu’on ne pouvait avoir le contrôle sur tout. J’ai aussi découvert que la vie pouvait parfois nous jouer des tours.

J’aimerais pouvoir dire que tout a été parfait, mais ce n’est pas le cas. J’ai eu un coup de foudre pour mon bébé et pour la maternité, certes, mais ça n’a pas été de tout repos. La vie m’attendait au détour pour une ride de montagnes russes que je n’avais pas demandé.

Disons que je ne l’ai pas eu facile. J’ai passé le premier mois de la vie de ma fille à m’acharner sur un allaitement difficile, voire très pénible. Puis, alors que ma fille n’avait même pas encore un mois, une personne très proche dans ma famille est décédée. Je dois avouer que je n’ai même pas encore complètement fait le deuil tellement les émotions et le contexte étaient difficiles. Avec une mini-moi dans la maison, je ne pouvais pas vraiment tomber, sinon je l’aurais probablement échappée. Honnêtement, j’aurais pris le premier avion pour partir à l’autre bout du monde pour oublier ma peine à ce moment-là, mais ça, c’est un autre sujet.

Puis, les funérailles venaient à peine de se terminer qu’on a diagnostiqué ma fille avec un problème au cœur. On nous parlait d’opération, la grosse affaire. On a prié, même si on n’est pas vraiment croyant, mais rendu-là qu’est-ce que tu peux faire d’autre que de prier anyway. Les mois qui ont suivis n’ont pas été de tout repos. On se battait avec elle pour réussir à lui faire prendre le biberon, question qu’elle réussisse à prendre du poids et qu’elle ne connaisse pas de retard. Il semblerait qu’un miracle se soit produit parce que ma fille n’a jamais eu besoin d’opération et, encore mieux, son problème est en train de rentrer dans l’ordre naturellement. Je vous laisse deviner notre soulagement et notre bonheur.

Je suis retombée enceinte, Yeah! Nous étions au summum du bonheur! Enfin, les choses commençaient à se calmer. Puis un membre de la famille du côté de mon conjoint est décédé quelques semaines plus tard. On a été ébranlé.

Disons que nos émotions nous ont fait vivre pas mal de montagnes russes dans les douze derniers mois. Ce que je retiens de mon expérience c’est qu’il faut apprécié les joies lorsqu’elles passent, être reconnaissant envers ce que la vie vous offre lorsque c’est beau et continuer à foncer lorsque ça va moins bien, le soleil finit toujours par refaire surface.

Malgré toutes les difficultés rencontrées dans la dernière année, je n’ai jamais été aussi heureuse et reconnaissante envers la vie. Je me sens à ma place, même si je n’ai pas de projet de voyages dans la mire ou tout autres projets plus rocambolesques que le simple fait de rester à la maison et de m’occuper de mes enfants. Je vis le moment présent et je me concentre sur l’essentiel : ma famille. J’imagine qu’on réussit encore plus à apprécier le beau lorsqu’on a connu le laid.

Publicités

6 commentaires sur “Une année à la maison

  1. Bonjour Valérie,
    Tout simplement la vie avec ses joies et ses peines qui nous forge petit à petit… Parfois de façon plus prononcé par période et nous laissons pleinement déguster d’autre fois 😉
    Pourtant si l’on cherche bien il y a toujours du positif même dans le négatif.
    🙂

  2. Bravo Valérie. Même si l’on est très près de toi, tes textes nous permettent toujours de découvrir des petits côtés de toi que l’on n’avaient pas bien remarqués et de mieux te connaître.
    Papa

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s