L’importance des premières années

AquariumdeQuébec

On le dit, on se le fait dire souvent : les premières années de vie de notre enfant sont importantes, voire cruciales, pour son développement. Ça fait du sens, c’est l’évidence. On l’oublie presque, tellement on le sait. Il faut jouer avec lui, lui parler, le consoler, le cajoler, lui lire des histoires, le faire bien manger, l’aimer, surtout l’aimer… etc. On fait notre possible pour lui donner ce qu’il y a de mieux, la grande majorité du temps du moins. Ils sont nos petits trésors, nos merveilles, nos rayons de soleil. C’est juste « normal » qu’on essaie d’être à la hauteur pour eux.

Mais voilà que National Geographic, la fameuse société à but non-lucrative reconnue pour être l’une des plus importantes organisations scientifiques dans le monde, nous donne une tape dans le dos pour justifier tous nos efforts, pour confirmer l’importance de notre dévouement. La revue du mois de janvier 2015 de la société présentait un article qui confirme cette évidence, avec de beaux exemples concrets, mais surtout avec des chiffres qui vous jetteront par terre.aquariumdequébec2

L’article en question, qui s’appuie sur diverses recherches et études menées sur plusieurs années par une panoplie de chercheurs de partout dans le monde, est tout simplement incroyable. Il confirme tous les bienfaits des soins que nous donnons à nos petits mousses. Ça en est presque bouleversant. Il est entre autre démontré que l’environnement joue un rôle tout aussi primordial que la génétique dans leur développement. En quelques mots, les conclusions de cet article permettent d’établir un lien direct entre l’intelligence de notre enfant et les soins qu’il aura reçus pendant ses premières années de vie.

Ainsi, il a été démontré que, bien que tous les bébés naissent avec un cerveau possédant toutes les connexions nécessaires et des capacités époustouflantes, il importe de le stimuler pour lui permettre de se développer encore plus. Le cerveau des bébés est une incroyable machine à apprendre. À la naissance, le cerveau a presqu’une centaine de milliards de neurones. À mesure que le bébé grandit, il reçoit des stimuli qui créent une multitude de nouvelles entrées sensorielles. Les stimuli en question peuvent être, par exemple, le toucher d’un jouet, ou l’écoute d’une chanson, ou la découverte d’une nouvelle odeur, etc.

lecturebébéLorsque le bébé est mis en contact avec ces nouvelles stimulations, les neurones dans son cerveau se connectent entre eux, ce qui crée des connexions neuronales, des circuits en quelque sorte. À l’âge de trois ans, il y aurait près de trois cents milliards  de connexions neuronales dans le cerveau de votre enfant. Plus ces stimuli seront répétés, plus ces nouveaux circuits seront renforcés. Les circuits qui sont non-stimulés, donc non-utilisés, finissent par mourir.

L’article présente également les résultats d’une étude qui démontre, hors de tout doute, qu’il importe de parler à nos enfants. Ainsi, les enfants qui auront eu la chance de se faire parler beaucoup depuis leur naissance auront des quotients intellectuels plus élevé à l’âge de trois ans, en moyenne, que d’autres enfants à qui on aura moins parlé. Supposément qu’ils réussiraient également mieux à l’école à l’âge de neuf et dix ans.

De plus, il a été démontré que, de façon générale, ce sont les enfants issus d’un milieu plus aisé qui auront entendu le plus de mots dans leur vie que ceux issus d’un milieu défavorisé. À titre indicatif, l’étude mentionne qu’à l’âge de quatre ans, les enfants issus du premier groupe auront entendu 30 millions de mots de plus depuis leur naissance que ceux du deuxième groupe. Pourquoi? Parce qu’il semblerait que les parents des milieux plus aisés, souvent plus scolarisés, ont tendance à utiliser plus de mots pour communiquer leurs idées, mais également le fait qu’ils parlent plus, en général, avec leur enfant. Il est à noter que l’exposition des enfants à la télévision, ou à tout autre média, ne pourra jamais avoir le même effet sur le développement de leur cerveau que lorsque les mots sont prononcés par un être humain en chair et en os.chienmagiquebébé

Ces informations ne sont que quelques données présentées dans l’article du National Geographic. Si vous êtes intéressés à en apprendre plus, aller consulter l’article en entier au lien suivant :

http://ngm.nationalgeographic.com/2015/01/baby-brains/bhattacharjee-text

On n’a pas besoin d’être Einstein pour offrir ce qu’il y a de mieux à notre enfant, il faut juste prendre le temps. Parler lui le plus souvent possible. Encouragez-le à développer son imagination. Faites-lui découvrir de nouvelles choses. Mais surtout, continuer de l’aimer de tout votre cœur.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s