Iguazu : le rêve

DSC06851
J’avais déjà vu des merveilles de la nature, comme le Grand Canyon, mais jamais je n’avais vu quelque chose de comparable aux chutes d’Iguazu. Ces chutes sont situées à la frontière du Brésil et de l’Argentine, à quelques kilomètres de la frontière du Brésil avec le Paraguay. Un endroit parfait pour découvrir un des nombreux trésors du monde, un endroit au-delà du rêve.

Inscrit en 1984 au patrimoine mondial de l’UNESCO, cet endroit est d’une beauté sans équivoque. Le paradis doit palir de jalousie à côté d’Iguazu. Avec près de trois kilomètres de longueur, ces chutes sont les plus grosses au monde en terme de longueur. Jusqu’à 6 millions de litres d’eau par seconde peuvent être déversé par ces chutes.

Certains m’avaient dit que l’endroit était féerique et magique. D’autres disaient tout simplement qu’il n’existe pas d’endroit aussi beau sur terre. Je pensais qu’ils exagéraient, mais j’avais tort. L’endroit est tout simplement à vous couper le souffle, sans hésitation. C’est le genre d’endroit qui vous fait monter une larme à l’œil, sans même trop comprendre pourquoi. Que ce soit du côté argentin ou du côté brésilien, les chutes imposent un respect. Perdues au beau milieu de la jungle, elles sont composées de centaines de cascades, indépendantes les unes des autres et qui s’écoulent dans une parfaite symbiose. Certaines se jettent directement dans le vide, tandis que d’autres prennent un petit détour par la jungle pour ensuite se ramifier et terminer leur course dans le vide à leur tour.DSC06862

J’ai vécu un sentiment de vulnérabilité et d’impuissance soutenu lorsque je me suis retrouvée sur une plate-forme surélevée au-dessus de la « Garganta del Diablo », ou gorge du diable en français. Ce lieu fut la cerise sur le sundae de ma visite du côté argentin. Il s’agit de la cascade la plus impressionnante des chutes d’Iguazu. En forme de cuvette, elle mesure près de 700 mètres de longueur par 150 mètres de largeur et possède une hauteur de près de 90 mètres. La puissance générée en cet endroit est inimaginable. J’ai eu un frisson en pensant à quel point la nature pouvait être forte, qu’elle avait le pouvoir de tout détruire en un clin d’œil, ce que nous oublions trop souvent.

DSC06531Le bémol de cette visite fut certainement les Coaties, ces sales voleurs voraces à quatre pattes. Ils sont partout! Ces petites bêtes, semblables à des ratons laveurs, sont très attachantes à première vue, mais avec le temps se révèlent être de véritables petits monstres. Avec leurs mains préhensibles, elles vous attaquent le sac à dos au premier moment d’inattention, vous sautent dessus au moindre indice de nourriture et vous volent votre lunch sans la moindre pitié. Notre voisine au dîner s’est fait voler son sandwich par ces bêtes sans pitié, alors même qu’elle en prenait une bouchée. Bien sûr, il ne s’agit que d’un petit désagrément qui ne diminue en rien la magie de l’endroit. Nous sommes néanmoins restés aux aguets pendant toute la durée de notre visite.

À la fin de nos deux journées de visite au travers des chutes, nous étions toujours aussi émerveillés qu’à notre arrivée. Nous les avons observées de près, de loin, de l’intérieur, d’en haut et d’en bas. De tous les angles, elles étaient parfaites, leur beauté est inaltérable.

Publicités

4 commentaires sur “Iguazu : le rêve

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s