Le babouin avait un je-ne-sais-quoi

South Africa 644
Il était là, assis dans son arbre à jouer avec sa branche, l’air absent. Notre présence ne semblait pas le perturber le moindrement du monde. Je trouvais fascinante sa façon de s’amuser distraitement avec son bout de bois. La dextérité de ses mains était bouleversante. À part le fait qu’elles étaient beaucoup plus charnues et poilues que les miennes, elles étaient trop similaires pour ignorer la ressemblance. Il était beau, superbe même, avec son pelage lustré et sa carrure légendaire. Il avait fière allure sans même essayer. Ce babouin avait définitivement un je-ne-sais-quoi.

Les babouins dans le parc Kruger en Afrique du Sud ne sont pas vraiment appréciés par les visiteurs. Leur proximité avec les humains est souvent crainte. C’est évident qu’avec un tempérament agressif et une force surhumaine accompagnée de crocs menaçants et d’une intelligence de primates, il y a de quoi en avoir peur. Ils sont avides de nourriture et protéger ses réserves contre ces derniers est une chose plutôt ardue, preuve à l’appui…

Un soir, en revenant au campement après une belle et longue journée à se promener dans la savane africaine, nous avons eu une étonnante surprise. Le campement grouillait de singes, des « velvet monkeys », qui s’affairaient à manger toutes sortes d’aliments qui ne leur étaient clairement pas destinés. Ma première pensée en voyant cette horde de macaques qui dévoraient toute cette nourriture fût pour les pauvres gens qui venaient de se faire dévaliser. Puis j’ai fini par comprendre, en voyant une femelle babouin s’éloigner de notre campement, qu’elle avait le sac de croustilles que je n’avais pas terminé le soir d’avant à la main. Ces pauvres malheureux, c’étaient nous !!! Nos glacières avec des loquets « baboon proof » avaient finalement cédé aux attaques de la femelle babouin en quête de nouvelles saveurs. Avec sa force et son intelligence, elle avait trop facilement réussi à les ouvrir. Notre nourriture s’est donc volatilisée dans la nature cette journée-là, au grand bonheur des autres petits singes qui ramassaient ce que la femelle babouin ne désirait pas pour elle et son petit. Je ne peux m’empêcher de sourire lorsque je repense au tableau : tous les singes du campement se gavaient avec nos chips, nos biscuits, nos oranges, voire même nos guimauves. Les traîtres.

Le babouin assis dans l’arbre ce jour-là était certainement un habitué. Depuis sa naissance, il côtoyait les mêmes endroits que les humains, en quête de nourriture. Il attendait patiemment que les touristes quittent l’endroit pour aller récolter les déchets oubliés à côté des tables à pique-nique. D’un point de vue rhétorique, la vie de ce babouin ne semblait pas être trop compliquée.

Par contre, à sa grande déception, il n’était pas capable d’ouvrir les poubelles installées dans le secteur étant donné leur système de fermeture à l’épreuve des babouins. Il fallait en général environ cinq années aux populations de babouins du parc pour trouver le moyen de contourner ces systèmes de fermeture et leur offrir un « open-bar » dans les zones de repos après les repas des visiteurs. Une fois le pot aux roses découvert par nos cousins primates, les systèmes de fermeture en place sur toutes les poubelles du parc seraient remplacés par un nouveau, et ainsi de suite. Le système en place n’était là que depuis trois ans.

Je me suis mise à m’éloigner de l’arbre et du babouin pour aller rejoindre la voiture. L’heure du dîner était terminée et tous les autres touristes avaient déjà quittés l’endroit. En regardant par la fenêtre de notre véhicule, je l’ai vu descendre de l’arbre, doucement mais sûrement, et s’avancer vers les tables à pique-nique. Ses confrères l’ont rejoint pour leur activité quotidienne.

À quelque part dans l’histoire, nos ancêtres se sont côtoyés dans la savane africaine. Cette pensée m’a émue.

Il était beau, il était vrai.

Publicités

2 commentaires sur “Le babouin avait un je-ne-sais-quoi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s